P1040673

On ne peut plus imaginer le Festival Européen du film Fantastique de Strasbourg sans un volet jeu vidéo de plus en plus riche. Si vous avez manqué cette partie du festival (du 16 au 25 septembre 2016) qui avait posé ses valises au Shadok, voici un petit résumé.

En première ligne, nous retrouvions bien évidement l'Indie Game Contest ! Vous aviez comme les années précédentes la possibilité de tester les 16 jeux sélectionnés.

Indie Game Contest

Après délibération du jury (Juliette Noureddine, Maria Kalash, Étienne Perin et Sébastien Gaillard), l'Octopix du meilleur jeu vidéo indépendant revient à Mars Underground, jeu australien créé par Matt Sanderson.
Site de Mars Underground

Mars Underground

Comme chaque jour, c’est le premier jour d’école pour Mars. Tous les soirs, c’est la fin du monde. Mars Underground est un jeu d’aventure apocalyptique dans lequel le joueur explore les divers moyens de sortir de la boucle temporelle dans laquelle il est pris.

Le prix du meilleur jeu vidéo fantastique a quant à lui été décerné à MachiaVillain, jeu français développé par Wild Factor.
Site de Wild Factor

MachiaVillain

MachiaVillain est un jeu de gestion qui vous fait entrer dans la peau d’un méchant : construisez votre manoir hanté, placez vos pièges et supprimez vos victimes. Mais attention : les règles de ce jeu parodique sont celles des films d’horreur !

Même s'il n'a pas gagné de prix, Abyssahx et son sympathique jeu TETRA : save the Tetras faisait partie des œuvres sélectionnées et représentait ainsi l'Alsace !
Le blog d'Abyssahx

TETRA : Save the Tetras

Le Festival Européen du Film Fantastique de Strasbourg 2016 c'était également plusieurs conférences tournant autour de divers sujets originaux et intéressants tous liés à l'univers des jeux vidéo. Parmi ces rendez-vous, vous pouviez assister à celui concernant « Le son dans le jeu vidéo » avec les intervenants Nicolas Bredin, sound designer pour Quantic Dream, Osome Studio et Parallel Studio ; Sébastien Gaillard, sound designer pour Cryo Interactive, Ubisoft, Darkworks, Arkane Studios et Dontnod ; et Frederic « Elmobo » Motte, compositeur et sound designer à partir de 1990 pour Coktel Vision, Kalisto Entertainment, puis freelance à partir de 2001 ; ou encore celui sur « Les détournements artistiques du jeu vidéo » en compagnie de Fanny Barnabé, doctorante à Liège et dont la thèse porte sur les formes de détournement du jeu vidéo ; Raquel Meyers, qui élabore des expériences artistiques en mode texte à partir du Commodore 64 ; et Tatiana Vilela, artiste numérique, spécialisée dans la conception d’expériences ludiques.

Mon intérêt s'est porté sur la conférence « Le financement du jeu vidéo » : Retour sur mon article.

Le financement du jeu vidéo

Impossible de passer à côté de la réalité virtuelle ! Outre les différents films proposés au Shadok, les visiteurs pouvaient s'immerger dans des jeux comme Dark Days, développé par Parallel Studio et édité par Oculus Studio ; Dragonflight, développé par Blackthorn Media ; et S.E.N.S VR, co-produit par Arte et Red Corner.

P1040676

Comme l'année dernière et tout au long du festival, le public pouvait aussi se frotter librement au retrogaming ; à savoir plusieurs consoles de toutes générations proposées par la boutique strasbourgeoise Little Tokyo, et une sélection de bornes d’arcade japonaises de La Bat’cade.

 

Little Tokyo

La Bat’cade

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une étrange mais stupéfiante ambiance régnait au Shadok... Le Festival Européen du Film Fantastique de Strasbourg avait invité l’artiste Raquel Meyers à exposer ses créations. Cette artiste utilise le mode texte pour créer ses œuvres sur Commodore 64. L’exposition comprenait également des impressions 3D ainsi que des performances en live.

Raquel Meyers

En plus de celles énoncées, d'autres animations ont permis à cette 9ème édition d'allier avec justesse jeux vidéo et réalité virtuelle.

Retour sur la 8ème édition (2015)
Retour sur la 7ème édition (2014)


Mars Underground Trailer #1